this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Temps composés basques et romans
Subtitle: Une hypothèse de convergence aréale
Author(s): ETCHEBARNE, Michel
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 128    Date: janvier 2011   
Pages: 10-15
DOI: 10.2143/IG.128.0.2071270

Abstract :
Bien que la langue basque soit très différente des langues indo-européennes qui l’environnent, il existe aussi des ressemblances entre ces langues: les langues étant des objets de même nature, on ne conçoit pas qu’il ne puisse y avoir que des différences entre deux langues, même prises au hasard. Le présent article porte justement sur une des ces ressemblances: l’existence, tant en basque que dans les langues romanes environnant le basque, de temps composés à auxiliaires être et avoir. La ressemblance sur ce point entre les deux diasystèmes linguistiques est telle que l’une des hypothèses traditionnelles des études diachroniques basques est que le basque aurait en partie calqué la construction latino-romane correspondante. Cette hypothèse n’a cependant pas pu être vérifiée, d’une part en raison de la difficulté inhérente à l’administration de la preuve en matière de calque grammatical, d’autre part en raison de l’absence d’archives basques abondantes remontant au-delà du XVIe siècle. Or la période de grammaticalisation des temps composés est antérieure à ce seuil temporel. C’est ce point que j’aborderai en prenant plus particulièrement comme fil conducteur le passé composé.

Download article


3.215.79.204.