PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: La communauté linguistique existe-t-elle?
Author(s): CHEVILLET, François
Journal: Orbis
Volume: 36    Date: 1991-1993   
Pages: 5-19
DOI: 10.2143/ORB.36.0.2012794

Abstract :
Au XIXe siècle, les pionniers de la dialectologie traditionnelle ne se préoccupaient pas véritablement de la notion de communauté linguistique. Wenker en Allemagne, Gilliéron en France, Jaberg et Jud avec leur Sprachatlas Italiens und der Südschweiz, mirent au point une géographie linguistique qui connut ses heures de gloire et dont les adeptes, certes de moins en moins nombreux, semblent encore avoir leur mot à dire. Les monographies dialectales rédigées par les premiers dialectologues se fondaient sur une région, une petite ville, ou un village, dont on présupposait l'homogénéité. Par exemple, Jost Winteler étudia le dialecte du canton suisse de Glaris, dans Die Kerenzer Mundart des Kantons Glarus (1876). Dans le domaine anglo-saxon, on peut citer les travaux de Joseph Wright (1892) ou de Wolfgang Viereck(1966). Deux des pères fondateurs de la sociolinguistique sans le savoir, dont l'une des préoccupations essentielles était de cerner la notion de communauté linguistique, furent incontestablement L. Gauchat et H. Hermann. L'étude phonologique du parler attesté dans le village suisse de Charmey1 «[...] must now be seen as a superb piece of sociolinguistic research. In fact, it is probably the first demonstration of the importance of age-grading as a mechanism in the transmission of linguistic change», comme le dit S. Romaine.


download article




3.238.174.50.