this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: L'origine des suffixes personnels dans les langues caucasiques du sud
Subtitle: L'hypothèse d'une réanalyse
Author(s): LACROIX, René
Journal: Bulletin de la Société de Linguistique de Paris
Volume: 106    Issue: 1   Date: 2011   
Pages: 357-393
DOI: 10.2143/BSL.106.1.2141875

Abstract :
Dans chacune des langues de la famille caucasique du sud (aussi appelée «kartvèle»), les formes verbales finies sont spécifiées pour un ou deux ensembles de traits morphosyntaxiques de personne-nombre, nommés Série I et Série II. Dans la construction transitive, les traits de la Série I marquent l’accord avec le sujet; les traits de la Série II, l’accord avec l’objet. Les traits des Séries I et II sont réalisés aussi bien par des préfixes que par des suffixes. Dans le système reconstruit pour des états de langue plus anciens, les traits de la Série II étaient réalisés uniquement par des préfixes. A un moment donné, les suffixes réalisant la Série I en sont venus à être associés aux traits de la Série II. La seule explication ayant été proposée pour expliquer ce phénomène fait intervenir l’analogie. Elle laisse sans réponse un certain nombre de questions. Par contraste, l’hypothèse proposée ici suggère que les suffixes de la Série I ont été réanalysés, dans un certain type de construction, comme réalisant simultanément les Séries I et II. Cette hypothèse permet d’expliquer, d’une manière très naturelle, l’évolution des suffixes personnels dans les quatre langues de la famille, et rend compte de leur distribution paradigmatique particulière en synchronie.



In each of the South Caucasian (or Kartvelian) languages, finite verb forms are specified for one or two sets of per son-number morphosyntactic features, called Set I and Set II. In the transitive construction, Set I features mark agreement with the subject, and Set II features, agreement with the object. Sets I and II features are realized both by prefixes and suffixes. In the system reconstructed for Georgian-Zan and Proto-Svan, Set II features were realized by prefixes only. At some point, the suffixes, which realized Set I features, came to be associated with Set II features. The only explanation to have been proposed so far to account for this phenomenon involves analogy. It leaves several questions open. By contrast, the hypothesis put forward in this paper claims that Set I suffixes have been reanalyzed as realizing both Set I and Set II features. This hypothesis explains in a natural way the evolution of person suffixes in South Caucasian languages, and accounts for their peculiar paradigmatic distribution in synchrony.

Download article


3.81.89.248.