this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: L'abbé de Bellegarde remarqueur
Author(s): TOURRETTE, Éric
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 127    Date: octobre 2010   
Pages: 10-15
DOI: 10.2143/IG.127.0.2059914

Abstract :
Si les Réflexions sur l’élégance et la politesse du stile de l’abbé Jean-Baptiste (Morvan) de Bellegarde (1648-1734) sont volontiers alléguées pour rendre compte des pratiques conversationnelles et de la quête d’une expression parfaitement honnête, on néglige souvent leur composante proprement grammaticale. Il est vrai que leur titre, trompeur, annonce un ouvrage d’inspiration essentiellement stylistique. Quelques travaux ont néanmoins intégré Bellegarde à la liste des «remarqueurs». De fait, on trouve dans les Réflexions bon nombre d’observations éparses, empiriques et analytiques sur le français classique saisi en synchronie. C’est là, on le sait, le charme spécifique – et la limite intrinsèque – de ces recueils qui constituent collectivement une «casuistique de la langue», et qui sont à peu près aux grammaires complètes et systématiques ce que sont les formes brèves de l’analyse morale aux traités élaborés, plus dogmatiques et plus austères. Malgré quelques piques, rares et discrètes, contre «certains faiseurs de Rémarques», Bellegarde s’inscrit explicitement dans leur lignée, ne fût-ce que pour discuter leurs vues et apporter ses propres arguments. Son but déclaré est de dégager «l’art de bien placer les termes» en dénonçant tout «assemblage bizarre», d’où les métaphores récurrentes de la couture, voire de l’union conjugale: c’est dire que les questions d’agencement syntaxique, sourdement mêlées à l’appréciation de la compatibilité sémantique des unités, sont au coeur de ses préoccupations. Nous signalerons ici les axes transversaux qui forment la doctrine implicite de ces remarques, avant de glaner quelques observations ponctuelles, en acceptant pleinement l’éclatement constitutif du genre.

Download article


34.239.147.7.