this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: L'Adjectif ou la bipolarisation du monde à travers le discours d'un manuel de la IIIe république
Author(s): JANICHON, Daniel
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 106    Date: Juin 2005   
Pages: 36-40
DOI: 10.2143/IG.106.0.583486

Abstract :
Le discours didactique des manuels scolaires de la IIIème République emprunte formellement beaucoup au plus répandu des discours didactiques de l’époque: celui des livres de catéchismes. Ainsi, par exemple, le premier manuel de la série des Larive & Fleury s’ouvre-t-il sur une leçon de grammaire en forme de Demande/Réponse, qui ressemble à s’y méprendre à un catéchisme de la même époque. La tonalité très moralisatrice du contexte thématique le plus souvent retenu comme support des lectures, ou même des leçons de grammaire d’alors contribue à accentuer les ressemblances entre ces deux discours. Cette intrication du moral et du scolaire n’est d’ailleurs pas nouvelle. «Les premiers ouvrages de lecture, comme celui de Viard, associaient la grammaire élémentaire et le rudiment chrétien, rappelle André Chervel (1977: 67) [...] C’est dans une atmosphère quasi religieuse que naît la grammaire scolaire: sans doute n’en fallait-il pas moins pour faire apparaître ses théories comme des dogmes, et les maîtres d’école comme des missionnaires. Au niveau non plus formel, mais fondamental, c’est précisément l’un de ces dogmes que nous voudrions étudier maintenant, celui de la qualité bonneou mauvaisede l’adjectif qualificatif. La plupart des manuels de la IIIème République définissent en effet l’adjectif qualificatif comme «un mot que l’on ajoute au nom pour en faire connaître une qualité bonne ou mauvaise, une manière d’être». Nous appuierons notre étude sur la série des trois manuels du Nouveau Cours de Langue française de E. Rotgès, Paris, Belin, 1896.

Download article


100.24.115.215.