this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Qu'est-ce que la logique subjective?
Subtitle: L'articulation de la logique et de l'ontologie chez Aristote et Hegel
Author(s): RADA, Florian
Journal: Revue Philosophique de Louvain
Volume: 118    Issue: 3   Date: août 2020-2021   
Pages: 407-434
DOI: 10.2143/RPL.118.3.3289695

Abstract :
Ce travail cherche à reprendre la question du rapport entre Hegel et Aristote à partir de la question du statut de la logique. Si, en apparence, la logique aristotélicienne est irrémédiablement condamnée en raison de défauts structurels liés au caractère empirique de sa méthode, il n’en demeure pas moins, comme on le montre, que l’intention spéculative d’Aristote est indéniable dans la construction de la logique, dans la mesure où celle-ci suppose une capacité de prise en charge de la pensée par elle-même. Une telle capacité n’a rien d’une réflexion gratuite, dans la mesure où elle est la conséquence de la conception aristotélicienne de la forme. En passant par une critique des mathématiques, la forme se trouve libérée de son apparente stabilité et peut permettre de rendre compte de l’opération qu’elle est, opération qui passe par un rapport à soi dans lequel elle s’annule, et dont la Logique tire les conséquences pour la construction d’une doctrine du contenu basée sur la redéfinition de la forme comme négativité absolue, doctrine qui permet d’en comprendre la subjectivité.



This article seeks to take up the question of the relationship of Hegel to Aristotle setting out from the question of the status of logic. If Aristotle’s logic appears to be irremediably condemned due to structural faults related to the empirical character of his method, the fact is that Aristotle’s speculative intention is undeniable in the construction of his logic, given that it presupposes a capacity of thought to take control of itself. Such a capacity is by no means superfluous, since it is the outcome of Aristotle’s concept of form. Passing through a criticism of mathematics, form finds itself freed from its apparent stability and can make it possible to explain the operation which it is, an operation that passes through a relation to self in which in annuls itself, and of which the Logic draws the consequences in order to construct a doctrine of content based on the redefinition of the form as absolute negativity, a doctrine which makes it possible to understand its subjectivity.

Download article


44.192.38.49.