PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: The Limits of Coercion
Subtitle: Rewards and Punishments in Early Chinese Military Thought
Author(s): WEINGARTEN, Oliver
Journal: Journal Asiatique
Volume: 308    Issue: 1   Date: 2020   
Pages: 85-118
DOI: 10.2143/JA.308.1.3287671

Abstract :
The present article analyses conceptions of self-interest and motivation as reflected in precepts about rewards and punishments – Han Fei’s 'two levers' of power – which are discussed in military writings of the pre-Qin to Han periods (ca. 3rd c. BCE – 2nd c. CE). On a fundamental level, military theorists grappled with the problem of how to establish control and exert power over defiant subjects, like the Legalist works Han Fei zi and Shang jun shu. Whereas the Legalist philosophers proposed exclusively to exploit people’s self-interest, manipulating them through the 'two levers', some military theorists espoused a more nuanced understanding of motivation. They acknowledged the significance of non-selfish obligations and emotional bonds in both horizontal and vertical relationships, and in doing so considered the wider social nexus of military activity. Historiographic records indicate furthermore that commanders employed certain performative strategies suggested by military writers in order to build rapport with their troops. Surprisingly, then, a more complex notion of human nature took shape within the confines of military specialism than in the political philosophy of the Legalists.



Cet article analyse les conceptions de l’intérêt personnel et de la motivation telles qu’elles apparaissent dans les préceptes sur les châtiments et les récompenses (les «deux manipules» de pouvoir de Han Fei) qui sont discutés dans les écrits militaires antérieurs aux Qin jusqu’à la dynastie Han (environ du troisième siècle avant JC jusqu’au second siècle de notre ère). Fondamentalement, les théoriciens militaires étaient confrontés au problème de savoir comment établir un contrôle et exercer leur pouvoir sur des sujets récalcitrants, tels que les ouvrages légistes Han Fei zi et Shang jun shu. Alors que les philosophes légistes proposaient exclusivement d’exploiter l’intérêt personnel des gens, en les manipulant à travers les deux manipules, certains théoriciens militaires ont adopté une conception plus nuancée de leurs motivations. Ils ont reconnu l’importance des obligations altruistes et des liens affectifs dans les relations horizontales et verticales, aboutissant ainsi à une vue plus large des liens sociaux de l’activité militaire. Les sources historiographiques indiquent en outre que dans la Chine ancienne, pour créer des liens affectifs avec leurs troupes, les chefs militaires ont eu recours à certaines stratégies performatives suggérées dans des écrits spécialisés. De manière surprenante, chez ces spécialistes des armées, il se dégage une notion plus complexe de la nature humaine que dans la philosophie politique des légistes.

download article




3.226.248.180.