this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Les effets de voix dans Sous le soleil de Satan de G. Bernanos
Author(s): RANNOUX, Catherine
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 120    Date: janvier 2009   
Pages: 52-56
DOI: 10.2143/IG.120.0.2036173

Abstract :
L’écriture du roman de Bernanos fait jouer de multiples effets de voix, qui participent fortement à sa caractérisation stylistique. Cette suggestion d’un dialogisme proliférant naît de la combinaison efficace de formes langagières, associant la ponctuation, la structure phrastique mais aussi la typographie ou les énallages temporelles. Une voix se fait entendre avec insistance, celle du narrateur extradiégétique et hétérodiégétique, qui organise le concert des voix de personnages, selon des rapports variables, qui vont de l’enregistrement, à la distance critique ou à la fusion par empathie au point qu’il devient parfois difficile de distinguer entre point de vue et voix des personnages. Si la voix donne accès au dire même du personnage ou du narrateur, le point de vue reste en deçà de ce dire et ne se manifeste que comme trace expressive d’une conscience qui perçoit sans pour autant donner à entendre sa façon de dire. Mais dès lors l’on définit le point de vue comme «une forme très oblique de discours», la frontière entre point de vue et voix peut apparaître souvent incertaine, dans le partage – qui n’exclut pas la dissonance – possible ou suggéré des façons de voir et des façons de dire le monde.
De ces variations procèdent les différentes lectures auxquelles invite le roman: roman réaliste, récit à visée moraliste, récit satirique et polémique, ou énonciation fusionnelle qui témoigne d’une effusion mystique en empathie avec le «saint de Lumbres». On se propose d’étudier comment ces effets de voix, entendus comme traces, mouvements de subjectivation, se généralisent et entrent dans une dynamique au service d’une poétique de la voix qui définit un rapport au monde.

Download article


3.235.176.80.