PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Les inscriptions d'offrandes funéraires
Subtitle: une première clé vers la comprehension du méroïtique
Author(s): RILLY, Claude
Journal: Revue d'Égyptologie
Volume: 54    Date: 2003   
Pages: 167-175
DOI: 10.2143/RE.54.0.504281

Abstract :
Certains textes méroïtiques, étudiés par Griffith, puis par Zyhlarz et Hintze, ont traditionnellement été considérés comme des «inscriptions de travaux», mentionnant des constructions ou des rénovations. Plus récemment, Hofmann avait suggéré d’y voir des serments solennels. En utilisant toutes les ressources possibles, tant archéologiques qu’iconographiques ou philologiques, nous sommes parvenu à proposer pour deux de ces textes une traduction: il s’agit en fait de mentions de sacrifices faits par des rois de Méroé pour leurs prédécesseurs défunts. Cette étude fournit des vocables inédits comme «taureau», «vache», ainsi que deux verbes synonymes pour «prendre/recevoir». Or tous ces mots ont des parallèles étonnants en vieux-nubien, en nubien moderne, en gaam, en kunama, en nilotique, toutes ces langues appartenant au groupe soudanique oriental défini par Greenberg (branche du moins convaincant «nilo-saharien»). Ce rattachement avait déjà été suggéré par Bruce Trigger en 1964, mais sa démonstration était affaiblie par l’usage d’une majorité de gloses fort douteuses empruntées aux travaux de Zyhlarz, si bien que cette théorie n’était restée qu’une simple spéculation. Les nouvelles données que nous livrons ici ne laissent plus de doutes: le méroïtique est bel et bien une langue soudanique orientale, ce qui laisse espérer dans les prochaines années des progrès conséquents vers la compréhension des textes.



This paper deals with special Meroitic texts first described as «building inscriptions» (Bauinschriften) by Griffith, Zyhlarz and Hintze, and as oaths by Hofmann’s more recent studies. The progress made here is the result of a «multicontextual» approach, using archaeological and iconographic material, combined with recent grammatical data. It results in the translation of two of these inscriptions mentioning funeral sacrifices made for the late royalties of Meroe by their successors. This study provides new vocabulary like «bull», «cow», and two synonymous verbs for «receive/take». These four words show striking parallels in Old and Modern Nubian, Gaam, Kunama and Nilotic (all of them being East Sudanic languages), which cannot be due to coincidence or borrowing. The theory of a link with East Sudanic languages was first suggested in 1964 by Bruce Trigger. But as the main part of the vocabulary he used for comparison was of dubious meaning, being borrowed from Zyhlarz’s questionable glosses, his theory remained nothing more than conjectures. Our new data proves clearly that Meroitic is indeed an East Sudanic language. Further progress can then be expected soon in the understanding of the texts.

download article




100.26.176.182.