this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Un rapprochement lexical gréco-germanique: grec μιαίνω, μιαρός et germanique *smeit- (got. bi-smeitan, etc.)
Author(s): BLANC, Alain
Journal: Bulletin de la Société de Linguistique de Paris
Volume: 96    Issue: 1   Date: 2001   
Pages: 153-179
DOI: 10.2143/BSL.96.1.503740

Abstract :
Les formes grecques μιαίνω «salir, souiller» et μιαρός «souillé, impur» renvoient à une racine *mi- ou *smi-, degré zéro de *mey- ou *smey-. Comme les tentatives qui sont parties de *min'ont abouti à rien, on tente ici de partir de *smi- / *smey- et on rapproche la famille de got. bismeitan, gasmeitan «enduire, oindre», vha. smizan «enduire», all. mod. schmeißen «lancer, jeter», v.a. besmitan «salir, souiller», angl. mod. smite «frapper». Les sens paraissent conciliables car avant de vouloir dire «salir, souiller», miaínw a eu le sens «imprégner, teindre», ce qui n'est pas loin d'«enduire». Si en germanique *smey- a été élargi par *-d- (> -t-), il semble qu'en grec la racine ne comporte pas d'élargissement radical car loin de faire partie d'un aoriste radical *ἐμιᾱν, l'alpha de la 3ème sg. subj. cyrénéenne μιᾱι semble être en fait le suffixe d'un présent dérivé μιάω. À partir du sens de base «enduire» il y a eu la même évolution vers «salir, souiller» en grec et en germanique, mais, en germanique, un autre sens a prévalu: «lancer / frapper» (all. schmeißen, angl. to smite). C'est peut-être à cause de cette nouvelle orientation sémantique que cette correspondance grécogermanique n'a pas été remarquée plus tôt.

Download article


54.198.139.112.