'>
this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Les parenthèses de L'Adolescence clémentine
Author(s): DÜRRENMATT, Jacques
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 111    Date: octobre 2006   
Pages: 26-29
DOI: 10.2143/IG.111.0.2017851

Abstract :
L’édition de L’Adolescence clémentinepar François Roudaut dans les «Classiques de poche» a le mérite de conserver la ponctuation du texte revu par Marot et publié en 1538, contre l’usage, encore bien ancré, de considérer que les hommes des XVIe et XVIIe siècles employaient les signes au petit bonheur ou qu’une telle préservation ne peut que détourner le lecteur contemporain d’œuvres rendues illisibles par un conservatisme maniaque. Pour autant, la ponctuation du XVIe siècle «est beaucoup plus régulière qu’on a bien voulu le dire [...] et partie prenante dans la mise en règles du français» même si «elle peut au même titre que l’orthographe, en cette période de recherches normatives, obéir à de systèmes individuels qui se superposent et s’opposent au fil des éditions» et «donner, si l’on s’en tient à une édition particulière, l’illusion de l’anarchie» (Huchon 1998: 38-39). Or l’attention porté par Marot à la typographie et les éminentes qualités de son éditeur Dolet poussent à prendre le risque de prendre en charge, comme partie intégrante du projet poétique, la ponctuation de l’édition de 1538 pour ne pas laisser la pensée grammaticale de la ponctuation telle qu’elle s’est fixée au cours du XIXesiècle s’imposer à des textes qui se pensaient, se disaient et se lisaient autrement.

Download article


44.192.65.228.