this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: J'ai rempli les pâturages de vaches tachetées...
Subtitle: Bétail, économie royale et idéologie en Égypte, de l'Ancien au Moyen Empire
Author(s): MORENO GARCIA, J.C.
Journal: Revue d'Égyptologie
Volume: 50    Date: 1999   
Pages: 241-257
DOI: 10.2143/RE.50.0.2003652

Abstract :
Les monuments royaux et privés de l’Ancien Empire proclament l’importance du bétail, et plus particulièrement des bovidés, en tant que source de richesse. L’existence de troupeaux royaux nombreux en province était aussi la preuve de la prospérité des nomes et de la gestion efficace de leurs responsables, de telle sorte que ce toposfut imité dans les autobiographies privées après l’effondrement de la monarchie unitaire vers la fin de l’Ancien Empire. Cependant, les apports de l’archéozoologie expriment le contenu fortement idéologique de ce thème, qui cache une réalité économique bien plus complexe, notamment en ce qui concerne l’importance d’autres espèces animales — comme le porc — négligées dans l’iconographie des mastabas malgré leur fréquence dans le registre archéologique.



Royal and private monuments of the Old Kingdom show the importance of livestock — and of cattle in particular — as a source of wealth. Large royal flocks in the provinces proved the effectiveness of local governors as well as the prosperity of the nomes. Therefore, the abundance of flocks became a common topos in private autobiographies after the collapse of the Egyptian monarchy towards the end of the Old Kingdom. But recent archaeozoological researches have shown the ideological aspects of this kind of expressions, which tend to darken the complex economic reality of ancient Egypt. The role of pigs, frequently neglected in iconography in spite of their abundance in the archaeological digs and in daily life, is a good example of the ideological connotations of the 'official' texts and scenes.

Download article


3.234.210.25.