PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Le souci de soi dans «Être et Temps»
Subtitle: L'accentuation radicale d'une tradition antique?
Author(s): LARIVÉE, Annie , LEDUC, Alexandra
Journal: Revue Philosophique de Louvain
Volume: 100    Issue: 4   Date: Novembre 2002   
Pages: 723-741
DOI: 10.2143/RPL.100.4.705

Abstract :
Ce texte vise à replacer Être et Temps dans la lignée de la tradition philosophique ancienne du souci de soi (epimeleia eautou). Après une brève description des principales caractéristiques de cette tradition telle que l’ont décrite M. Foucault et P. Hadot, les auteurs présentent les éléments d’Être et Temps qui parlent en faveur ou s’opposent à une telle filiation. Leur hypothèse semble rencontrer une objection majeure dans le refus explicite de Heidegger de parler de «souci de soi». Mais un examen attentif du sens de cette réserve (le rejet de l’ipséité comme rapport transparent et introspectif de l’âme à elle-même) permet en réalité de faire apparaître Heidegger comme l’un des penseurs les plus conséquents de la tradition du soin de l’âme. En effet, en repensant le lien constitutif entre ipséité et souci, Heidegger met au jour la condition de possibilité de la tradition du souci de l’âme: que le soi ne soit pas donné comme une chose, mais puisse contribuer à se transformer lui-même par le souci qu’il se porte.

This article seeks to situate Being and Time in the line of the ancient philosophical tradition of concern for self (epimeleia eautou). After a brief description of the main characteristics of this tradition, as described by M. Foucault and P. Hadot, the authors present the elements of Being and Time in favour and those against such a link. Their hypothesis appears to encounter a major objection in the explicit refusal of Heidegger to speak of Selbstsorge. But an attentive examination of the meaning of this reserve (the rejection of selfhood as a transparent and introspective relationship of the soul to itself) makes it in reality possible to show Heidegger to be one of the most consequent thinkers in the tradition of concern for the soul. Thus, while rethinking the constitutive link between selfhood and concern, Heidegger shows the condition of possibility of the tradition of concern for the soul: that the self is not given as a thing, but may contribute to transforming itself by the concern which it bears itself. (Transl. by J. Dudley).


download article




18.207.129.82.