this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Modilisation et verbes d'opinion
Subtitle: Quelques remarques sur croire, cuidier et penser en usage direct dans La Queste Del Saint Graal
Author(s): FERON, C.
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 104    Date: janvier 2005   
Pages: 15-21
DOI: 10.2143/IG.104.0.562962

Abstract :
Nous nous intéressons aux emplois modalisateurs de cuidier, croire et penser dans des romans en prose du XIIIe s. Dans certaines constructions, ces verbes, à la 1ère personne de l’indicatif présent, sont assurément des modalisateurs : ainsi en imbriquées et en parenthétiques – représentées uniquement, dans notre corpus, par des comparatives (si com je cuit/croi/pens) ; le rôle de ce type de parenthétique est sans doute différent de celui des incises (je cuit/croi/pens) ou incidentes (ce cuit/croi/pens), bien attestées en vers : les comparatives indiquent qu’il y a conformité entre le contenu de l’assertion et une croyance présentée, semble-t-il, comme acquise indépendamment de l’énonciation, alors que les incises ou incidentes renvoient à une opinion qui n’est pas acquise antérieurement à l’énonciation. Quant à la construction avec complétive, elle est ambigüe : je cuit/croi/pens que-P peut faire partie du contenu asserté et décrire la croyance du locuteur ou bien, comme en imbriquée et en parenthétique, avoir pour rôle de modaliser l’énoncé constitué par le contenu de la complétive.

Download article


3.236.50.79.