this issue
previous article in this issue

Document Details :

Title: Platonisme et magie dans l'Apologie d'Apulée
Author(s): BAKHOUCHE, B.
Journal: Vita Latina
Volume: 170    Date: 2004   
Pages: 147-160
DOI: 10.2143/VL.170.0.519038

Abstract :
Quand Apulée prononce le plaidoyer qui est parvenu jusqu’à nous sous le titre d’Apologie, il a à se défendre contre une double série d’accusations: d’abord, après avoir récusé des griefs mineurs, il s’agit surtout pour lui de montrer qu’il n’est pas livré à des maléfices magiques ou plutôt à prouver que les actes que l’accusation étiquette comme magiques ne le sont pas. Dans toute la seconde partie du discours, Apulée récuse l’accusation d’avoir fait un mariage d’intérêt, car avait-il besoin de magie pour se faire épouser par une femme beaucoup plus âgée que lui???
La dichotomie de l’accusation trouve un écho dans la bipartition du discours de la défense. Or il est intéressant de constater que toutes les références à la philosophie ne se rencontrent que dans la première partie: c’est en effet quand il a à se défendre contre des rustres qui l’accusent de magie qu’Apulée convoque à tout moment la philosophie. Certaines de ces références relèvent de la doxographie. D’autres en revanche témoignent d’une connaissance plus intime avec tel ou tel philosophe; le cas est manifeste pour Platon dont il se réclame. Et pourtant le portrait du philosophe qui se dessine au fil des pages est loin de correspondre à l’image que nous nous faisons du fondateur de l’Académie; mais, par-delà la figure du Maître, il sera bon de s’interroger sur la fonction des loci Platonici dans l’économie du discours.

3.235.186.94.