PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Notes sur l'exploitation du marbre et l'île de Marmara Adasi (Proconnèse) à l'époque ottomane
Author(s): VATIN, Nicolas
Journal: Turcica
Volume: 32    Date: 2000   
Pages: 307-362
DOI: 10.2143/TURC.32.0.472

Abstract :
Malgré la proximité de Marmara Adasi, les Ottomans (à la suite des Byzantins) pratiquèrent longtemps le remploi, dans des proportions qui paraissent considérables quand on analyse de plus près la documentation du XVIe siècle. Ceci n'allait pas sans difficultés (réquisition de bateaux de guerre ou de commerce, de voitures ou d'animaux). En outre il fallait réparer les bâtiments endommagés. Le marbre était donc réservé à l'élite de l'Empire et au sultan, qui pouvait le saisir où qu'il se trouvât, sans pour autant que sa possession ou son commerce fussent interdits aux sujets. On continua à récupérer du marbre jusqu'au XVIIIe siècle: toutefois une limite fut probablement atteinte dans la seconde moitié du XVIe siècle, après l'achèvement de la Süleymaniye (où le remploi semble encore avoir été la règle). L'extraction de marbre à Marmara Adasi est attestée à partir de 1570. Elle posait des problèmes de transport, mais aussi de main-d'œuvre, qui furent résolus par l'emploi de prisonniers de guerre, tandis que les insulaires étaient contraints par corvées rémunérées à descendre la pierre au rivage. Dans ces conditions, le marbre demeura longtemps un quasi-monopole du pouvoir. On constate une évolution vers la fin du XVIIe siècle, avec l'emploi de tailleurs de pierre libres et rémunérés. Au XVIIIe siècle, la corporation des tasci d'Istanbul participe à l'exploitation du marbre de Proconnèse, désormais vendu en quantités croissantes aux Stambouliotes, en particulier pour la confection de stèles funéraires.

download article (open access)





34.229.24.100.