this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Come to the Future, Come to the Past
Subtitle: Grammaticalisation of Kimakunduchi COME
Author(s): FURUMOTO, Makoto
Journal: Africana Linguistica
Volume: 26    Date: 2020   
Pages: 103-138
DOI: 10.2143/AL.26.0.3289088

Abstract :
Cross‑linguistically, motion verbs tend to grammaticalise into either future or past markers. It is therefore remarkable that ‑ja in the Kimakunduchi dialect of Swahili, derived from a verb ‘come to’, is used for both future and past reference. While these two functions may seem to have developed independently, I draw a single grammaticalisation path based on the synchronic morphosyntactic characteristics. Concretely, I propose that ‑ja has undergone a typologically plausible change from motion verb to future marker, and then further changed to a marker covering past. In this view, that ‑ja in isolation encodes futurity is explained as a trace of the first stage of change, whereas the fact that ‑ja used for past obligatorily co‑occurs with perfective markers suggests that ‑ja has, as a result of reanalysis of its future‑denoting function, acquired a necessary but not sufficient feature for past reference, thus needing the support of perfective markers. Furthermore, ‑ja can work to denote past imperfective situations, even when marked with an otherwise perfective prefix. This observation suggests that perfective markers, which contribute to past marking, lose their original aspectuality and become semantically integrated with ‑ja in an additional, final stage of the proposed grammaticalisation process.



Dans les langues en général, les verbes de mouvement tendent à se grammaticaliser en marqueurs soit du futur, soit du passé. Il est dès lors remarquable que -ja, dans le dialecte kimakunduchi du swahili, dérivé d’un verbe «venir», soit utilisé pour référer aussi bien au futur qu’au passé. Alors que ces deux fonctions peuvent sembler s’être développées indépendamment, nous retraçons un chemin de grammaticalisation unique basé sur des caractéristiques morphosyntaxiques synchroniques. Concrètement, nous suggérons que -ja a subi un changement typologiquement plausible allant d’un verbe de mouvement à un marqueur du futur, et s’est ensuite changé en marqueur du passé. Dans cette vision des choses, -ja utilisé isolément code l’avenir par ce qu’il est un vestige de la première étape du changement, et le fait qu’il soit utilisé pour le passé toujours en association avec des marqueurs du perfectif suggère, en résultat d’une réanalyse de sa fonction d’indicateur du futur, qu’il a acquis une fonction de référence du passé nécessaire mais non suffisante, requérant le support de marqueurs du perfectif. En outre, -ja peut servir à indiquer des situations de passé imperfectif, même lorsqu’il est marqué d’un préfixe normalement perfectif. Cette observation suggère que les marqueurs du perfectif, qui contribuent au marquage du passé, perdent leur aspectualité originale et s’intègrent sémantiquement dans -ja lors d’une étape supplémentaire, finale, du processus de grammaticalisation que nous proposons.

Download article


44.192.38.49.