\'I am Filled with Anger against you\' and Remarks on the Languages in Persian Times'>
this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: An Akkadian-Aramaic Idiomatic Expression in Ezekiel 16:30 'amūlâ libbātēk 'I am Filled with Anger against you' and Remarks on the Languages in Persian Times
Author(s): BODI, D.
Journal: Transeuphratène
Volume: 50    Date: 2018   
Pages: 13-38
DOI: 10.2143/TE.50.0.3285504

Abstract :
The first part of the article examines an expression whose unique occurrence is found in Ezek. 16:30 'amūlâ libbātēk 'filled with anger against you'. It corresponds to an idiomatic and literary Akkadian expression (libbāti malû 'filled with anger') also found in Aramaic (מלא לבתך) that is geographically well attested in texts from Mesopotamia in the East to Egypt in the West. The expression appears in Akkadian epics and literary texts dating from Old, Middle and Neo-Babylonian times: Atra-ḫasīs Epic, Mari letters, Amarna, Erra Epic, Gilgameš Epic, (in Akkadian) and in Aramaic in Persian times (The Aramaic ostracon Assur and the papyri from Elephantine, Hermopolis, and Padua). In spite of its wide distribution, the later versions like the Septuagint, the Vulgate, the Targum, the Pešiṭta, systematically missed its meaning, although Aramaic was still well in use when these versions were produced. Apart the translations of the New English Bible by G.R. Driver, and the French Bible de la Pléiade by J. Koenig, who correctly render its meaning as 'anger', all the modern version miss its sense. In the second part, the article offers an overview of the linguistic situation in the Persian times: the Late and Standard Babylonian, the increased use of Aramaic producing what W. von Soden termed a Mischsprache where the population spoke a mixture of Akkadian and Aramaic; the Aramaic koine of the Achemenid Empire; the Persian influence on Biblical Aramaic in Ezra and Daniel; the arrival of Greek with Alexander the Great and the appearance of the so-called 'Graeco-Babyloniaca', with Akkadian transcribed in Greek characters. The article affirms that the highly polemical nature of the scathing invective against Jerusalem in Ezek. 16, personified as a 'matron prostitute' ('iššâ-zônâ šallāṭet), had probably provoked censorship carried out in ancient versions in respect to the expression in question. This is indirectly confirmed by Daniel 3:19, dating from the 3rd and 2nd centuries BCE, which correctly renders the Akkadian-Aramaic expression into Biblical Aramaic: ml' ḥmh 'filled with anger'. This shows that the expression was well known in the Aramaic speaking world as well as in the Hebrew one being also found Esther 3:5 et 5:9 ml' ḥmh.



Dans la première partie, l’article examine une expression qui représente un hapax legomenon absolu en Ez 16,30 'amūlâ libbātēk 'Je suis rempli de colère contre toi'. Celle-ci reproduit une expression idiomatique et littéraire akkadienne (libbāti malû 'rempli de colère') et araméenne (מלא לבתך), géographiquement bien attestée dans des textes depuis la Mésopotamie jusqu’en Égypte. L’expression apparaît dans les épopées akkadiennes et textes littéraires datant des époques paléo-, moyen- et néo-babyloniennes: l’Épopée d’Atra-ḫasīs, lettres de Mari, correspondance d’El-Amarna, l’Épopée d’Erra, l’Épopée de Gilgameš, jusqu’à l’époque perse (l’ostracon araméen d’Assur à l’est et les papyri d’Éléphantine, d’Hermopolis, et de Padoue à l’ouest). Toutefois, en dépit de la riche distribution chronologique et géographique de cette expression qui pourrait représenter une allusion littéraire aux grandes épopées akkadiennes, les versions postérieures comme la Septante, la Vulgate, le Targum, la Pešiṭta, ont systématiquement escamoté son véritable sens, en dépit du fait que la langue araméenne fut encore bien en usage à l’époque où ces versions ont été produites. De plus, à part deux traductions, une anglaise ('NEB' de G.R. Driver), et l’autre française (J. Koenig dans la 'BP'), qui traduisent correctement l’idée de 'colère', toutes les versions modernes persistent à méconnaître le sens exact de cette expression. Dans la deuxième partie, l’article propose un survol de la situation linguistique à l’époque perse: le babylonien tardif et standard, l’utilisation accrue de l’araméen produisant une situation linguistique décrite par W. von Soden comme étant celle de Mischsprache où la population parlait un mélange d’akkadien et d’araméen; la koinè araméenne de l’Empire achéménide; l’influence du perse reflétée dans l’araméen biblique d’Esdras et de Daniel; l’arrivée du grec avec Alexandre le Grand et l’apparition de textes appelés 'graeco-babyloniaca', où l’akkadien est transcrit en caractères grecs. L’article affirme que la nature hautement polémique de l’invective injurieuse contre la ville de Jérusalem en Ez 16, personnifiée en 'matrone prostituée' ('iššâ-zônâ šallāṭet), a probablement provoqué la censure exercée par les versions anciennes à l’égard de l’expression en question. Ceci est indirectement confirmé par le fait que le texte araméen de Daniel 3,19 datant du IIIe ou IIe siècle avant notre ère, traduit correctement l’expression akkado-araméenne en araméen biblique: ml' ḥmh 'rempli de colère' ce qui prouve que l’expression était bien connue dans le monde araméophone. Elle est également présente en hébreu d’Esther 3,5 et 5,9 ml' ḥmh.

Download article


3.235.78.122.