PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Le moment révolutionnaire
Subtitle: Sur la temporalité de la littérature chez Maurice Blanchot et Jean-Luc Nancy
Author(s): VAN ROODEN, Aukje
Journal: Revue Philosophique de Louvain
Volume: 115    Issue: 4   Date: novembre 2017   
Pages: 675-690
DOI: 10.2143/RPL.115.4.3284772

Abstract :
Un des sujets principaux des oeuvres de Maurice Blanchot et de Jean-Luc Nancy est ce que nous pouvons nommer l’instant de la littérature. Cet instant littéraire est, chez ces deux penseurs, un moment révolutionnaire, non seulement parce qu’il interrompt et bouleverse l’état des choses, mais aussi parce qu’il associe le littéraire et le politique. Pour tous les deux, le moment révolutionnaire s’avère être une rupture avec une temporalité qu’on peut dire «mythologique»: celle du futur antérieur. La littérature crée plutôt un point zéro atemporel «comme à la fin du temps» (Blanchot) ou «soustrait à la temporalité» (Nancy) qui interrompt ce futur antérieur. Néanmoins, cette interruption est interprétée de façon très différente par chacun. Cette divergence consiste dans un désaccord sur le statut ontologique de la littérature. Alors que Nancy comprend le moment révolutionnaire comme l’archi-dynamique différentielle de la réalité même, Blanchot souligne que le moment révolutionnaire est révolutionnaire précisément parce qu’il réalise un point spatio-temporel qui reste irréel.



One of the main topics in the works of Maurice Blanchot and Jean-Luc Nancy is what we may call the instant of literature. This literary instant in both authors is a revolutionary moment, not just because it interrupts and subverts the status quo, but also because it associates the literary and the political. For both, the revolutionary moment turns out to be a break with a temporality which may be said to be «mythological»: that of the future perfect. Literature creates what is rather an atemporal zero point «as if at the end of time» (Blanchot) or « subtracted from temporality » (Nancy), which interrupts this future perfect. However, this interruption is interpreted very differently by the two thinkers. Their difference of opinion arises from a disagreement about the ontological status of literature. While Nancy understands the revolutionary moment as the differential arch-dynamic of reality itself, Blanchot emphasizes that the revolutionary moment is revolutionary precisely because it brings about a spatio-temporal point that remains unreal.

download article




3.94.200.93.