this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: La cohérence des images sacrificielles dans l'épître aux Éphésiens (Ep 2,16; 5,2)
Author(s): GARUTI, Paolo
Journal: Revue Biblique
Volume: 122    Issue: 4   Date: 2015   
Pages: 592-608
DOI: 10.2143/RBI.122.4.3149595

Abstract :
La création d’un seul homme nouveau dans le corps du Messie comporta, selon Ep 2,14-16, la suppression violente de la haine dans ou par sa chair. Si ce langage évoque un rite sacrificiel d’alliance entre deux peuples, on peut se demander de quel modèle l’auteur s’inspire, puisque l’Ancien Testament interdisait toute forme d’alliance avec les habitants de Canaan et toute sorte de rite sacrificiel partagé avec les gentils. Peut-être en recourant à un ancien texte liturgique (cf. Col 1,15-20), Ep 2 décrit le passage des gentils à la condition de concitoyens, συμπολῖται, des saints par un langage fort et allusif à la fois: il fallait tuer et partager un corps qui avait d’abord symbolisé la haine et la méfiance et qui est devenu ensuite instrument de réconciliation. Les études d’É. Benveniste ont mis en lumière depuis longtemps que des liens profonds rattachent à l’idée d’égalité des idées aussi éloignées que celles d’hôte (hospes), de victime sacrificielle (hostia) et d’ennemi (hostis). Des études plus récentes ont intégré ces idées avec celle de commensalité lors de la sanction d’un pacte d’alliance qui, à Rome, était l’affaire des fétiaux, appelés ainsi du fait qu’ils étaient «faiseurs de paix», ou de l’acte de «férir» l’animal du sacrifice, ou encore du foedus qu’ils concluaient. Ep 2 garde des échos de cet ensemble lexical.



Creating 'of twain one new man' in the Messiah’s body consists, according to Eph 2:14-16, in the violent suppression of hate in or by his flesh. If this language evokes a sacrificial rite of alliance between two peoples, one wonders what is the model that inspired the author, since the Old Testament prohibited any form of covenant with the inhabitants of Canaan and any sort of sacrificial rite shared with the Gentiles. Perhaps by using an ancient liturgical text (Col 1:15-20), Eph 2 describes the transition of the Gentiles into the condition of co-citizens (συμπολῖται) of the saints with a pronounced and allusive language: killing and partaking of a body had originally symbolized hate and mistrust, but later this became an instrument of reconciliation. The studies of E. Benveniste many years ago highlighted that deep links connect the idea of equality with the concepts of host (hospes), sacrificial victim (hostia), and enemy (hostis). More recent studies have incorporated these ideas with that of commensality in the sanction of a covenant. In Rome, that was the business of Fetials, priests so called because they were 'peacemakers' (pacificatores), or because they 'hurt' the animal of the covenant (ferire), or from the foedus they concluded. It seems that Eph 2 preserves an echo of these lexical domains.

Download article


35.172.217.174.