this issue
next article in this issue

Document Details :

Title: 'This is But a Beginning'
Subtitle: An Australian Aboriginal Liturgy
Author(s): PILCHER, Carmel
Journal: Questions Liturgiques/Studies in Liturgy
Volume: 96    Issue: 3-4   Date: 2015   
Pages: 129-148
DOI: 10.2143/QL.96.3.3120231

Abstract :
In February 1973 tribal Aboriginals people from remote communities in the north of Australia, in ceremonial dress took part in an Australian Aboriginal Liturgy in Melbourne during the fortieth International Eucharistic Congress. For the first time outside their own small communities, Aboriginal Catholics brought to the church’s liturgy some of their own unique cultural expressions. The Mass that was celebrated with an assembly of more than 20,000 included Aboriginal Catholics from all parts of Australia. This paper describes the Australian Aboriginal Mass and provides the rationale that governed choices. The scripture was proclaimed in mime, song and dance, honouring ancient peoples of oral tradition. While the Mass followed closely the structure of the Roman Rite, and the prayers used the Roman form, the texts were significantly modified to enable the first peoples who use different thought patterns to participate fully. This liturgy offers a unique example of enculturating the Roman rite so soon after the Second Vatican Council. At the time it was considered by both local and Roman authorities, including Annibale Bugnini to be in accord with the spirit of the reform. The paper concludes with brief remarks of continuing attempts at liturgical enculturation amongst Australian Aboriginal and Torres Strait Islander nations made possible by a church that gave a liturgical voice to its first peoples in 1973 at the Aboriginal Mass.



En février 1973 le peuple tribal aborigène de diverses communautés éloignées du nord de l’Australie prenait part en habits cérémoniels à une liturgie australienne aborigène à Melbourne durant le quatorzième Congrès eucharistique international. Pour la première fois en dehors de leurs propres communautés réduites, les aborigènes catholiques apportaient à la liturgie de l’Église certaines de leurs propres uniques expressions culturelles. La messe qui était célébrée avec une assemblée de plus de 20000 personnes rassemblait des aborigènes catholiques de toutes les parties de l’Australie. Cette contribution décrit la messe australienne aborigène et présente les principes qui ont proposé les choix. L’Écriture était proclamée en mime, chant et danse, honorant d’anciens peuples de tradition orale. Alors que la Messe suivait étroitement la structure du rite romain, et que les prières utilisaient la forme romaine, les textes étaient modifiés d’une manière significative pour permettre une participation plénière aux premiers peuples qui utilisèrent d’autres façons de penser. Cette liturgie présente un exemple unique d’inculturation du rite romain si tôt après le Concile Vatican II. À cette époque elle était considérée par les autorités locales et romaines, incluant Annibale Bugnini, en accord avec l’esprit de la réforme conciliaire. Cette étude conclut par de brèves remarques sur la poursuite de tentatives d’inculturation parmi les aborigènes australiens et les Torres Strait Islander nations, rendues possibles par une Église qui a accordé une voix liturgique à ses premiers peuples en 1973 lors de la messe aborigène.

Download article


Download Acrobat


3.237.16.210.