this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: «Dis, Didi», variations sur dire dans En attendant Godot de Samuel Beckett
Author(s): RANNOUX, Catherine
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 124    Date: janvier 2010   
Pages: 42-46
DOI: 10.2143/IG.124.0.2047013

Abstract :
Alors même que la pièce de Beckett met à nu l’épuisement d’un discours sans cesse menacé d’interruptions, le texte présente une multiplication des occurrences du verbe dire dans les répliques des personnages: si le «mal dire» est une caractéristique connue du théâtre beckettien, cette mise en oeuvre du défaut passe par la répétition insistante de la forme qui explicite l’acte même de la parole. Le parti pris théorique de la description proposée ici repose sur la prise en compte de la matérialité signifiante des formes langagières. On pose donc que dans ses différents contextes d’emploi, la forme dire renvoie fondamentalement à l’activité langagière et que sa répétition inscrit ainsi dans l’énonciation la note insistante de cette métadiscursivité: l’extrême attention portée par Beckett au respect des jeux d’écho du signifiant dans les traductions de ses textes invite à une telle prise de position théorique, qui part de la description formelle et non de catégories pragmatiques. L’article se propose d’étudier comment ce déploiement lexical fait jouer les variations, qu’il s’agisse de variations de constructions, de modalisations, mais aussi sémantiques puisque le texte théâtral semble passer en revue les possibles de dire, dans ses emplois libres ou ses formes figées (à vrai dire, c’est-à-dire). Ainsi, les divers types de modalisation, les jeux de discours rapportés, les formes de reprise entrent-ils dans une dynamique de confirmation apparente du dire qui en pointe systématiquement le défaut.

Download article


34.231.147.28.