this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Hernani ou le drame de la ponctuation
Subtitle: Du «vers brisé» au «vers parlé»
Author(s): BERNARDET, Arnaud
Journal: L'Information Grammaticale
Volume: 119    Date: octobre 2008   
Pages: 44-48
DOI: 10.2143/IG.119.0.2033424

Abstract :
Dans la préface d’Hernani, l’insistance avec laquelle Hugo distingue le drame représenté et le drame écrit, soulignant volontiers l’écart qui existe entre les différentes versions de la pièce, ne s’explique pas seulement par des raisons scénographiques ou même politiques dans un contexte dominé par la censure après l’échec de Marion de Lorme. Elle tient résolument à la manière de l’oeuvre, spécialement aux signaux graphiques et discursifs de la ponctuation. Le spectacle, ou ce «point d’optique» qu’est le théâtron, a partie liée avec l’unité du texte envisagée comme page. Il relève d’abord du dire. Plus précisément, il se place à la jonction entre une ponctuation de phrase, attachée aux critères syntaxique et intonatif, et une ponctuation de page qui déborde, au contraire, le cadre structural de la langue. De la phrase à la page, le statut du vers se modifie: soumis aux discontinuités grammaticales, il ne se comprend plus ensuite en dehors de l’organisation dialogique. En effet, pour être apparemment conventionnel, l’espacement qui régule au théâtre de manière hiérarchique les tours de parole n’en est pas moins marqué. À l’échelle du texte, les fragments de vers acquièrent une action démarcative et signifiante comparable aux segmentations graphiques et rythmiques de la phrase, alors inséparables de son conflit avec la mesure. Une homologie se dégage ainsi où il apparaît que la ponctuation passe sans cesse de la syntaxe à la pragmatique et à la poétique dans Hernani.

Download article


3.235.176.80.