PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Married Persons
Subtitle: God's chosen People
Author(s): ÖRSY, Ladislas
Journal: Marriage, Families & Spirituality
Volume: 1    Issue: 1   Date: Autumn 1995   
Pages: 62-73
DOI: 10.2143/INT.1.1.2014887

Abstract :
Les époux, peuple élu de Dieu
Dieu a choisi, au sein de l’Eglise, des personnes pour être consacrées à un état de vie particulier par le sacrement de mariage.
L’évènement du sacrement de mariage pourrait être décrit comme une piéce de théâtre au cours de laquelle se déploie le plan éternel de Dieu. Quatre questions sont posées sur la manière dont Dieu traite ses enfants selon qu’ils sont appelés à se marier, qu’ils se marient, et qu’ils vivent mariés. D’abord quelles sont les pensées de Dieu sur le mariage? Deuxièmement que fait-Il lorsqu’un homme et une femme se promettent fidélité pour toute la vie? Troisièmement comment les soutient-Il dans leur vie de couple? La quatrième question est: comment améliorer d’une façon concrète les domaines de la spiritualité conjugale, de la liturgie, et du droit canon?
1) Dans l’ancient et le nouveau Testament, on trouve des passages éloquents sur les pensées de Dieu au sujet du mariage. Les récits de la création confirment que l’homme et la femme ne reflètent l’image de Dieu qu’ensemble. C’est au couple, c’est-à-dire à l’homme et à la femme réunis que Dieu confie la tâche commune. Et quand Il conclut l’alliance avec Abraham, Il la conclut également avec Sara. Tout au début de son ministère, Jésus assiste à un mariage à Cana, et montre par là qu’il tient en haute estime les époux. L’auteur de l’épitre aux Ephésiens souligne que les rapports entre époux doivent être calqués sur ceux du Christ et de son Eglise.
2) Le mariage, comme tous les autres sacrements, représente de manière symbolique une action salvatrice, dans laquelle Dieu et l’homme se rejoignent, échangent des dons, et établissent entre eux un lien nouveau. Dieu conclut une alliance unilatérale avec les époux et leur promet d’être à leurs côtés, et de les protéger à l’ombre de ses ailes.
3) Dieu est présent au sein du couple marié de deux manières: comme lors de la création, Dieu «vit que cela était bon», Il est également enchanté par les époux; en eux, Il reconnaît ses partenaires de la création, et en eux, Il trouve un reflet de sa propre vie intérieure. Son autre mode de présence s’exprime dans le fait qu’Il élève la famille comme «petite église au milieu de son peuple». A l’image de l’Eglise universelle, la petite assemblée domestique est un sacrement pour le monde.
4) La foi vivante ne se contente jamais de la seule connaissance, mais passe de la doctrine à la pratique: Dans le domaine de la spiritualite_, parler d’une spiritualité des époux comme d’une spiritualité de laïcs par opposition à une spiritualité d’ordonnés est contraire à l’esprit de Vatican II. Il faudrait plutôt parler d’une «spiritualité chrétienne» commune à tous les croyants, qui doit être acquise de manière personnelle et en fonction de la vocation propre à chacun. Quant à la liturgie, l’Eglise occidentale pourrait se donner des symboles exprimant mieux l’affinité entre le sacrement de mariage et le sacrement de l’ordre. Dans les deux cas, une personne est consacrée, «ointe par l’Esprit», pour remplir une tâche précise, soit pour la communauté toute entière, soit pour construire une petite église domestique. Ainsi le rite du mariage pourrait être accompagné également d’un geste de consécration, que ce soit l’imposition des mains, ou l’onction. Sur le plan du droit canon, le nouveau Code a été conçu pour tenter d’adapter la loi à l’état de l’esprit du Concile de Vatican II. Il définit le mariage comme étant une alliance, tout en continuant à en parler comme d’un contrat. D’une manière générale, il est juste de dire que la nouvelle loi est plus adaptée au mystère, auquel elle doit être subordonnée.

download article




3.239.58.199.