PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Marriage: a Structure of Meaning
Author(s): MANSFIELD, Penny
Journal: Marriage, Families & Spirituality
Volume: 3    Issue: 2   Date: Autumn 1997   
Pages: 150-160
DOI: 10.2143/INT.3.2.2014794

Abstract :
Le mariage: une structure de sens
Dans son exposé, l'auteur examine d'un point de vue sociologique les conditions qui font qu'un mariage est réussi. En sociologie, la recherche s'appuie, pour évaluer la réussite d'une union conjugale, sur deux indicateurs vérifiables empiriquement, la stabilité et la qualite_. Ces indicateurs ne permettent toutefois qu'une évaluation très partielle de la réussite d'un mariage, étant donné que chaque couple a des attentes différentes de la vie conjugale. Les attentes que l'on peut avoir du mariage évoluent, du fait qu'elles dépendent aussi des grands changements sociaux auxquels sont soumis les pays développés du monde occidental. Il semble que la capacité de gérer les changements contribue grandement à la réussite de la relation conjugale.
D'après une étude étalée dans le temps que l'auteur a menée sur cette question en Grande-Bretagne, il ressort que la conception en vogue actuellement tend à considérer le mariage avant tout comme une forme particulière de relation et ainsi à faire passer sa valeur sociale à l'arrière-plan. Pourtant, toutes les enquêtes montrent que le but du mariage ne réside pas uniquement dans la relation, c'est à dire dans la façon dont les époux s'entendent et interagissent. A côté de la relation (relationship), il y a un autre élément très important que l'on pourrait appeler le «partenariat» (partnership). Si la relation rend compte du lien affectif entre les conjoints, le concept de partenariat décrit une structure de sens, c'est à dire un principe essentiel d'organisation du comportement humain, impliquant des objectifs et des attentes précis et entraînant des actions correspondantes. On pourrait aussi parler d'une structure organisée de compréhension qui englobe le sens de la vie de deux individus qui se dirigent ensemble vers un but et un avenir commun. En ce sens, tous les mariages sont un partenariat, dans la mesure où les partenaires assument un engagement l'un envers l'autre pour l'avenir. Ainsi, le partenariat est du domaine public, alors que la relation appartient à la sphère privée.
L'interdépendance de ces deux facteurs apparaît dans les périodes de crise: lorsque c'est la relation, par exemple, qui est en difficulté, le partenariat peut offrir un ancrage de stabilité du fait qu'il met en évidence les engagements assumés par les époux et leurs raisons de rester ensemble. A l'inverse, la relation peut être un facteur-clé dans les périodes où la structure de sens commune se modifie (par exemple avec l'arrivée des enfants), car si les époux s'entendent bien, ils auront une plus grande capacité d'adapter leur partenariat aux changements et ainsi de créer un nouvel équilibre entre ces deux facteurs. Pour conclure, l'auteur plaide en faveur d'un renforcement de l'élément «partenariat» dans le couple comme moyen de conférer au mariage une plus grande stabilité de l'intérieur.

download article




44.197.197.23.