PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: The Ritual Function of Music in the Marriage Liturgy
Author(s): KIBICKI, Judith Marie
Journal: Marriage, Families & Spirituality
Volume: 11    Issue: 2   Date: Autumn 2005   
Pages: 211-222
DOI: 10.2143/INT.11.2.2014375

Abstract :
La fonction rituelle de la musique dans la liturgie du mariage
En tant qu’activité symbolisante, la musique peut potentiellement être médiatrice d’identité, de relations et participer à toutes sortes de rites. Elle a toujours joué un rôle important dans les rites du mariage, mais on n’a pas été toujours d’accord sur la nature de son rôle ou sur le type approprié. Le Sacrosanctum concilium, promulgué par le second Concile du Vatican, propose des principes qui peuvent servir à comprendre le rôle de la musique dans les rites liturgiques, en particulier dans la liturgie du mariage. La célébra- tion sacramentelle du mariage chrétien est un rite qui comprend tout un ensemble de symboles. Leur tâche ultime est double: (1) servir de médiatrice de la révélation de Dieu en Jésus Christ comme proclamé par l’engagement public de l’homme et de la femme de devenir époux et épouse; (2) servir de médiatrice de la réponse de la communauté à cette révélation de grâce témoignée par l’événement sacramentel. En effet, en tant que sacrement chrétien, le mariage proclame, rend explicites et célèbre des vérités qui vont au-delà de la signification normale du mariage dans la société humaine. Le mariage est le sacrement qui symbolise l’alliance permanente entre Dieu et son peuple. Tous les symboles liturgiques, y compris la musique, ont comme but d’être médiateurs de cette signification théologique. Le mariage, en tant que sacrement, est un événement de foi et un événement de l’Eglise. Le rôle de la musique est d’aider le couple et l’assemblée à tisser et tisser à nouveau les relations et l’identité, pour que le couple puisse voir le parcours de sa vie et ses engagements à la lumière de l’amour de Dieu et de la grâce de Dieu. Les chants d’amour populaires, malgré leur valeur sentimentale, ne peuvent pas jouer ce rôle. En outre, il est nécessaire que la musique reconnaisse que la liturgie du mariage est un événement public de l’Eglise. Une musique qui n’a de sens que pour la fiancée et le fiancé ou qui est trop peu familière ou trop difficile pour l’assemblée est inappropriée. La musique nuptiale liturgique doit être puisée dans un répertoire que la communauté reconnaît comme sienne. Une musique choisie convenablement donne à l’Eglise la possibilité de montrer et manifester une foi profonde et constante dans l’amour permanent de Dieu, se reflétant dans la vie du couple uni par le mariage. Cette foi est «dansée et chantée», pour aider le couple et toute la communauté à «construire leur monde» aux yeux d’un Dieu de grâce et dans l’amour et la fidélité mutuels.

download article




3.236.16.13.