PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Les monnaies de Boquq qaghan des Ouighours (795-808)
Author(s): THIERRY, François
Journal: Turcica
Volume: 30    Date: 1998   
Pages: 263-278
DOI: 10.2143/TURC.30.0.2004301

Abstract :
F. THIERRY, Les monnaies de Boquq qaghan des Ouïghours (795-808)
Le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale possède une monnaie ouïghoure de type chinois, portant l’inscription Köl bilgäTängri Boquq Uigur qagan, monnaie que, depuis Masahiro Okudaira en 1938, la tradition numismatique attribue à Mouyu (759-780), le grand qaghan des Ouïghours, introducteur du manichéïsme dans le khanat des Toquzoguz. Cette attribution repose sur l’opinion d’Albert von Le Coq qui, dans l’étude d’un document manichéen trouvé à Qoco, a postulé que le Boquqxan de son texte était le Mouyu des sources chinoises. Récemment, est apparue une nouvelle hypothèse qui considère cette monnaie comme ayant été émise par un qaghan des Ouïghours de Qoco dont le règne s’achèverait en 947?; cette attribution s’appuie sur une lecture sélective et erronée des pieux de bois inscrits découverts au Tourfan et analysés par Friedrich Müller.
La clef du problème réside dans l’analyse du nom de Boquq, et du sens qu’il faut donner à ce mot, car le reste de l’inscription est de l’ordre de la titulature et ne permet pas d’identifier à coup sûr un qaghan précis. À partir des données fournies par l’épigraphie des stèles ouïghoures, trilingue de Karabalghasun et bilingue de Wuwei, par les documents rapportés du Tourfan par les expéditions allemandes du début de notre siècle, et grâce aux progrès des études historiques en turcologie, nous sommes parvenu à la conclusion que ce Tängri Boquq qaghan n’est autre que le fameux Boquqxan de la tradition ouïghoure, connu dans les annales chinoises sous le nom de Huaixin qaghan (795-808). Cette attribution s’accorde en outre parfaitement avec l’importance politique et militaire de ce règne qui voit le territoire du khanat porté à son extension maximum, ainsi qu’avec l’importance croissante du rôle que jouaient les Ouïghours dans les activités financières en Chine.




F. THIERRY, The coins of Boquq, qaghan of the Uighurs (795-808)
The traditionnal Chinese and Japanese numismatics attributes to Mouyu qaghan (759-780) a rare copper coin with square hole with the inscription Köl bilgä Tängri Boquq Uigur qagan. This attribution is based on the opinion of Albert von Lecoq who found the same qaghan’s name, Boquq, in a manichaeist manuscript of Turfan. Recently, a new attribution appeared in the Chinese literature: this coin may have been issued by a qaghan of the Uyghurs of Qoco, around 947. Some problems of historical or epigraphical origin lead us to have doubts as to the soundness of these two opinions.
The main question is not the form of the title, but the meaning of the word Boquq. From data provided by the bi- or trilingual inscriptions of Wuwei and Karabalghasum Uyghur steles, by Uyghur documents brought back by German expeditions and by works of French and Japanese scholars, we come to the conclusion that this coin was issued by Boquq xan (795-808), well known in the Uyghur litterary tradition as one of the most powerfull qaghan, and known as Huaixin kehanin Chinese sources.

download article (open access)





3.234.214.113.