this issue
previous article in this issuenext article in this issue

Document Details :

Title: Le manuscrit arménien Paris 44
Subtitle: L'un des plus anciens témoins d'une liturgie chrétienne
Author(s): RENOUX, Ch.
Journal: Revue des Études Arméniennes
Volume: 26    Date: 1996-1997   
Pages: 193-214
DOI: 10.2143/REA.26.0.2003748

Abstract :
Le manuscrit 44 du fonds arménien de la Bibliothèque Nationale (=BN), ramené de Constantinople dans les années 1728-1730 par la Mission Sevin mais provenant peut-être d'Ankara, a fait l'objet, dès ses premières descriptions, des plus hautes appréciations. Le Père Sukias Baronian dans son catalogue de 1864 et l'Abbé Jean-Paul Martin dans celui de 1878 présentent ce codex en lettres onciales, copié au IXe-Xe siècle, comme un monument des plus précieux et des plus importants, tant pour l'histoire de la liturgie que pour la paléographie arménienne. Cette notice, dont F. Macler reprend les termes dans son catalogue, a déclenché jusqu'à nos jours l'intérêt des historiens et des chercheurs. Le Père Łewond Ališan, qui situe au IXe siècle la copie du manuscrit, examina quelques folios du document aux environs de 1896; F.E. Brightmann le mentionne dans son célèbre ouvrage sur les liturgies d'Orient et d'Occident paru la même année. La traduction sommaire des rubriques liturgiques et l'indication des limites (incipit et desinit) des péricopes bibliques par F.C. Conybeare dans son Rituale Armenorum publié en 1905 suscitèrent aussitôt un très vif intérêt que l'on peut juger d'après le grand nombre de publications qui, depuis le début du siècle jusqu'à nos jours, font allusion à ce manuscrit ou l'étudient. Il serait téméraire de prétendre les énumérer; nous ne le tenterons pas, mais après le rappel, à l'aide de deux exemples, de l'importance de ce codex, une deuxième partie évoquera les perspectives qu'il ouvre encore dans le domaine des études bibliques.

Download article


18.232.56.9.