PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Leib Christi und Leib der Frauen
Subtitle: Überlegungen zur ekklesiologischen Relevanz von Corporealität in der rituellen Praxis von Frauen
Author(s): ENZNER-PROBST, Brigitte
Journal: Journal of the European Society of Women in Theological Research
Volume: 9    Date: 2001   
Pages: 79-102
DOI: 10.2143/ESWTR.9.0.2002909

Abstract :
The human body and the many dimensions of corporeality play a central role in the feminist liturgical and ritual movement of the past 20 years in North America and Europe. Women’s rituals are marked by an emphasis on touch and movement as a medium of perception and of expression, in contrast to the focus on visual and auditory codes (and the underlying dualism) which characterizes traditional Christian liturgy. The author distinguishes five dimensions of the involvement of the body in women’s ritual: 1) the eros aspect: the relationality mediated by the body, as exemplified in the liturgy for the 1998 World Day of Prayer entitled “God’s gentle touch;” 2) the requiem aspect: the dance of mourning and grief, for example in the use of the story of Jephthah’s daughter in a liturgy marking the WCC Decade for Women in the Bavarian Lutheran Church; 3) the shalom aspect: the potential of a women’s ritual, for example, to aid in healing the emotional shock and trauma following the senseless murder of a close friend; 4) the sacramental aspect, represented by a liturgy marking the journey through menopause; and 5) the aspect of meaning expressed in a women’s ritual commemorating the woman who anointed Jesus (Mk 14.3-9). The ecclesiological consequences of these body-dimensions in women’s new rituals include women-church as the church which remembers forgotten aspects of its own tradition and which offers a locus of support and relationality, a homeland for the marginalized and a place of resistance, and a community of those who have been healed and made whole. In the Christian women’s liturgical movement women are clearly the Body of Christ.




Le corps humain et les nombreuses dimensions du corporel ont joué un rôle-clé en Europe et en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies dans le mouvement pour des rituels et des liturgies féministes. Les rituels féminins se distinguent par ce qu’ils insistent sur le toucher et le mouvement comme moyens de perception et d’expression, et contrastent par-là avec les codes visuels et auditifs (et la dualité les motivant), habituels foyers de la liturgie chrétienne traditionelle. L’auteur distingue cinq dimensions de la participation du corps dans le rituel des femmes: 1) L’eros: l’aptitude relationnelle se révélant à travers le corps, exemplifiée dans la liturgie de la Journée Mondiale de pla prière de 1998 intitulée “La caresse de Dieu.” 2) Le requiem: la danse du deuil et de la douleur, par exemple dans l’histoire de la fille de Jephté utilisée pour une liturgie célébrée dans l’église luthérienne bavaroise au cours de la décennie de la femme du Conseil Œcumé- nique des Églises (COE). 3) Le shalom: montrant le pouvoir d’un rituel féministe pour aider à cicatriser la blessure laissée par un choc émotionnel traumatisant après un meurtre gratuit exercé sur une amie très proche. 4) La dimension sacramentelle, représentée par une liturgie relatant l’épopée de la ménopause. 5) La dimension significative, exprimée dans un rituel commémorant l’onction de Jésus par la femme à Béthanie (Mc 14,3-9). Les conséquences ecclésiales de ces dimensions du corporel dans les nouveaux rituels féminins incluent l’église des femmes comme une église remettant en mémoire des aspects oubliés de sa propre tradition et offrant un havre d’appui, de soutien et de relations, un foyer pour les marginalisés et un lieu de résistance, la communauté de ceux qui ont guéri. Dans le mouvement liturgique des femmes chrétiennes, les femmes sont nettement Corps du Christ.

download article (open access)





35.175.200.4.