PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Les fondements théoriques de la sociologie du langage
Subtitle: Marcel Cohen et l'approche sociale du langage
Author(s): SWIGGERS, Pierre
Journal: Bulletin de la Société de Linguistique de Paris
Volume: 92    Issue: 1   Date: 1997   
Pages: 27-47
DOI: 10.2143/BSL.92.1.2002500

Abstract :
La sociologie du langage est une discipline linguistique qui a une portée plus large que la sociolinguistique: elle prend pour objet les langues dans leur rapport (évolutif) avec les sociétés. L'importance théorique de la sociologie du langage reste largement méconnue, ce qui est en grande partie dû à un manque de familiarité avec les textes théoriques de base. Ceux-ci ne sont pas à chercher dans les écrits de K. Marx ou de F. Engels, mais sont constitués par des publications de linguistes français, appartenant à «l'école sociologique» qui s'est formée autour d'Antoine Meillet. Parmi les linguistes, c'est avant tout Marcel Cohen (1884-1974) qui s'est manifesté comme le maître à penser et c'est à lui qu'on doit une importante oeuvre de théorisation et de mise en pratique de cette sociologie du langage, appliquée aux langues sémitiques et au français. Dans cet article, nous étudions les principes théoriques de la sociologie du langage telle que Marcel Cohen l'a conçue. Nous analysons d'abord sa caractérisation de la sociologie du langage, dont l'objectif est de définir la nature sociale du langage et d'examiner les rapports existant entre le langage et la société. Si Marcel Cohen s'intéresse en premier lieu à ces rapports, il reconnaît aussi l'autonomie du système linguistique, en distinguant les aspects internes et les aspects externes. Ensuite nous passons à sa conception de la langue comme institution sociale et comme invention humaine: les deux propriétés se recouvrent dans la fonction communicative du langage. Or, cette fonction communicative n'est possible que grâce à une structuration autonome du langage, qui comporte des sous-systèmes ayant une pertinence sociale différenciée. La dernière partie de l'analyse est consacrée à la méthode interdisciplinaire de la sociologie du langage telle que Marcel Cohen l'a circonscrite: méthode qui s'inspire de la sociologie (de Durkheim et de Mauss), mais qui y ajoute des précautions essentielles; ces dernières se justifient par la complexité de l'objet d'étude, les langues humaines.

download article




3.236.232.99.