PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: La sculpture susienne à l'époque de l'empire parthe
Author(s): AMIET, Pierre
Journal: Iranica Antiqua
Volume: 36    Date: 2001   
Pages: 239-291
DOI: 10.2143/IA.36.0.108

Abstract :
Suse n'occupe pas une place considérable dans l'histoire de l'art de l'Orient hellénisé, défini traditionnellement comme l'empire parthe, ou sans doute plus exactement comme l'art de l'époque de cet empire. Dans son ouvrage de référence, publié en 1962, Roman Ghirshman n'a retenu en effet, en dehors d'œuvres mineures révélant une forte hellénisation, que quatre témoins de la sculpture: la grande statue mutilée, rapportée par Dieulafoy, la tête de «reine» purement grecque et la rude tête d'homme qui n'a rien de grec; la stèle dite d'Artaban IV enfin, mise au jour par ses soins en 1947. Cependant, dans sa synthèse de 1970, Daniel Schlumberger n'en pensait pas moins, à la suite de Henri Seyrig, que les auteurs des bronzes de Shami, découverts en 1933 dans les monts Bakhtiari, étaient des Susiens, représentants d'un «foyer intermédiaire» de l'art impérial des Parthes dont le foyer majeur devait nécessairement s'être trouvé à la cour de Ctésiphon. Les découvertes de R. Ghirshman sur les «terrasses sacrées» de Bard-e Nechandeh et de Masjid-i Solaiman, aussi dans les monts Bakhtiari, confirmaient à ses yeux sa conception de «l'art parthe», tout en révélant la vigueur et l'originalité de la tradition artistique locale, connue précédemment déjà par les reliefs rupestres de Tang-e Sarvak.

download article




3.227.233.6.