PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: L'identification des idées
Author(s): DESCOMBES, Vincent
Journal: Revue Philosophique de Louvain
Volume: 96    Issue: 1   Date: février 1998   
Pages: 86-118
DOI: 10.2143/RPL.96.1.541879

Abstract :
L’intérêt considérable de la théorie de la culture défendue par Dan Sperber, dans son livre La contagion des idées, est d’expliciter plus fermement que de coutume les présupposés ontologiques d’une approche atomiste dans ce domaine. L’ethnographe présuppose qu’il y ait dans le monde, non seulement des personnes, mais des idées. Comment les idées sont-elles dans le monde? Le «monisme ontologique» de Sperber consiste à refuser de multiplier les genres d’entités. Les idées sont donc, selon lui, des entités matérielles au même titre que les personnes. Pourtant, le véritable problème ontologique qui se pose au sujet des idées n’est pas de décider si elles sont des objets matériels ou plutôt des objets immatériels, mais de savoir si leur mode d’être est celui des objets ou s’il est d’une autre catégorie que celle des objets.

The considerable interest of the theory of culture defended by Dan Sperber in his book The contagion of ideas lies in the fact that he explicitates more firmly than usual the ontological presuppositions of an atomist approach in this area. The ethnographer presupposes that there are in the world not just persons, but ideas. How are ideas in the world?Sperber’s «ontological monism» consists in refusing to multiply the kinds of entities. Ideas in his view are material entities just as persons are. However, the real ontological problem that arises in regard to the ideas is not that of deciding whether they are material or immaterial objects, but whether their mode of being is that of objects or whether it belongs to another category than that of objetcs.

download article




54.242.200.172.