PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: Canonical Notes on the Pontifical Precepts on Married Eastern Clergy
Author(s): HUELS, John M.
Journal: Studia Canonica
Volume: 50    Issue: 1   Date: 2016   
Pages: 145-163
DOI: 10.2143/STC.50.1.3136941

Abstract :
A 2014 document of the Congregation for the Eastern Churches presents three particular laws approved by Pope Francis which permit the ordination of married Eastern candidates in the diaspora. (1) An eparchial bishop in the diaspora can admit a married candidate to sacred orders in accord with the traditions of his Church sui iuris and after a consultation with the Latin bishop of the diocese in whose territory the candidate resides. (2) The bishop who heads an ordinariate established for the Eastern faithful can do the same after notifying the conference of bishops and the Congregation. (3) The authorization of the Holy See to admit a married man to sacred orders is now necessary only in those territories in which no administrative structure has been established for the Eastern Catholic faithful. The commentary on these laws focuses on the juridical nature of the document and the faculty to admit married men to sacred orders, the conditions for the exercise of the faculty, the pertinent laws for the ordinariates established for the Eastern faithful and for territories where their pastoral care belongs to the Latin bishops, and the revocation of the prior legislation which had prohibited the ordination of married men in the diaspora.



Un document, publié en 2014 par la Congrégation pour les Églises orientales, nous présente trois lois particulières qui ont été approuvées par le pape François et qui autorisent l’ordination de candidats orientaux mariés vivant dans la diaspora. (1) Un évêque éparchial oeuvrant dans la diaspora peut admettre un candidat marié aux ordres sacrés pourvu qu’il agisse en accord avec les traditions de son Église sui iuris et après consultation avec l’évêque latin du diocèse où réside le candidat. (2) Un évêque qui se trouve à la tête d’un ordinariat mis sur pied pour le bénéfice de fidèles orientaux peut en faire de même, après en avoir avisé sa Conférence des évêques et la Congrégation. (3) Il n’est plus nécessaire de se pourvoir d’une autorisation du Saint Siège pour admettre un homme marié aux ordres sacrés, sauf dans les territoires où aucune structure administrative n’a encore été établie pour desservir les fidèles catholiques orientaux. Le commentaire sur ces lois se concentre sur les points suivants: la nature juridique du document et de la faculté d’admettre des hommes mariés aux ordres sacrés; les conditions d’exercice de la faculté; les lois pertinentes devant s’appliquer aux ordinariats établis pour les fidèles orientaux et pour les territoires où ils doivent faire l’objet des soins pastoraux de l’évêque latin; et, enfin, la révocation de la législation antérieure qui interdisait l’ordination d’hommes mariés dans la diaspora.

download article




54.196.31.117.