PEETERS ONLINE JOURNALS
Peeters Online Bibliographies
Peeters Publishers
this issue
  previous article in this issuenext article in this issue  

Document Details :

Title: De l'or et des juifs dans l'œuvre de Balzac
Author(s): MÉCHOULAN, Henry
Journal: Revue des Études Juives
Volume: 164    Issue: 3-4   Date: juillet-décembre 2005   
Pages: 489-538
DOI: 10.2143/REJ.164.3.2003833

Abstract :
Le présent article a pour objet de mettre en lumière la judéité de nombreux personnages juifs de Balzac dans La comédie humaine. Cet auteur a le mérite d’être le premier romancier à faire cohabiter des juifs et des chrétiens dans un même monde. Nous n’avons pas fait le recensement exhaustif de tous les juifs de la Comédie humaine, mais nous avons comparé et analysé les conduites des «grands» juifs et juives pratiquant le même métier que leurs homologues chrétiens. Cette méthode nous a permis de répondre à la question que Balzac lui même nous invite à nous poser lorsqu’il constate que «Les juifs en Allemagne, en France, sont des gens comme vous et moi; leur religion, leurs mœurs sont tellement fondues dans le mouvement social auquel ils s’agrègent que tout ce qui fait le juif a disparu, sauf son habileté commerciale, son avidité...». Or, la soif de l’or est universelle dans la société française de l’époque, et Balzac lui-même n’y échappe pas. La cupidité ne permettant pas de cerner la judéité d’un personnage, nous nous sommes demandé comment la débusquer et nous avons montré qu’elle apparaissait dans une complexité psychologique unique des personnages juifs. Grâce à cette méthode comparative, nous avons montré que le chrétien est un homme entièrement ce qu’il est, alors que le juif est toujours un homme déchiré, et, partant, plus humain.




This papers intends to shed light on the “jewishness” of many Jewish characters in Balzac’s Human Comedy. This author can be credited with being the first novelist to make Jews and Christians live together in the same world. We did not make the inventory of all Jewish characters in the Human Comedy. Rather, we compared and analyzed the behaviours of the “great” Jews and Jewesses practicing the same trades as their Christian counterparts. This method allowed us to answer a question Balzac asked us to consider when he noticed that “in Germany and in France, Jewish people are just like you and me; their religion, their standards of behaviour are so melt into the social movement to which they aggregate, that everything that makes a Jew being a Jew has vanished, except his commercial skill, his avidity...”. Yet, the greed for gold was universal in the French society of the time, and Balzac himself was not an exception to the rule. As cupidity does not allow to define the “jewishness” of a character, we wondered how to point it out, and we showed that it appeared through a unique psychological complexity of the Jewish characters. Thanks to this comparative method, we showed that a Christian is a man as a whole, while a Jew is always a man who is torn and, thus, more human.

download article




54.226.113.250.